Âgé de seulement 28 ans, Nicolas avait, dès le commencement de sa vie intime, fait des sex-club le théâtre privilégié de son ambition amoureuse. Bien que des plus improbables, ce lieu faisait sens chez cet être introverti qui n'envisageait la rencontre amoureuse qu'au travers de son enveloppe charnelle, seul artifice à même de préserver ce qui, pour lui, était sa véritable intimité. 
Pousser la porte de ce type d'établissement n'était pas anodin pour autant. Pour ce faire, il se mettait, alors, en scène dans d'interminables soaps sentimentaux, en fantasmant la rencontre qu'il ambitionnait d'y vivre, quitte à ce que ces rêveries le coupent irrémédiablement de tout encrage dans le réel. 
Sincère, sa quête amoureuse disparaissait, cependant, dès la porte du backroom franchie, pour laisser place à une sélection quasi-industrielle du ou, plutôt, des partenaires d'une soir. Il ne l'avait pas vu venir, mais ses interminables incartades nocturnes avaient fini par mutiler sa quête première en faisant d'elle un simple prétexte au service d'une fin qui, au départ, était censée n’être qu'un simple moyen.